Quelles possibilités pour lutter contre le stationnement gênant ?

Quelles possibilités pour lutter contre le stationnement gênant ?

En ville ou en centre-bourg, le stationnement des véhicules est une véritable problématique. Tandis que les offres en transport en commun sont croissantes, les possibilités de stationnement se réduisent. Face à cela, bon nombre d’automobilistes font le choix de stationner de manière anarchique pour gagner du temps, éviter de payer ou par habitude. Mais comment lutter contre ces pratiques qui mettent à mal l’organisation des secteurs urbains et occasionnent un gêne voire parfois un danger ? Autrement dit, quels moyens d’actions ont les communes pour éviter la dégradation de leur mobilier urbain par ces comportements ? Zoom sur les alternatives qu’ont les Maires et Présidents des Communauté de Communes pour lutter contre le phénomène. Pour rappel, sera abordé ici le sujet du stationnement, à distinguer de l’arrêt d’un véhicule qui consiste simplement à permettre la montée ou descente de personne ou marchandises donc temporairement.

Le Maire, détenteur du pouvoir de police en matière de stationnement

Tout d’abord, il faut savoir que le pouvoir de police en matière de stationnement revient au Maire. Même situé sur le domaine privé, un véhicule qui gêne une voie ouverte à la population peut faire l’objet d’une condamnation (amende, fourrière, etc.). La première mesure logique consiste à délimiter des zones de stationnement interdite ou, à minima, limitée. Ces décisions d’interdiction doivent être justifiées et symbolisées par un panneau. En l’absence de ce dernier, une condamnation pourra être contestée.
Plus coercitif que la simple interdiction par panneaux, des campagnes de verbalisation peuvent être menées contre les automobilistes mal stationnés. Bien qu’étant efficace, la méthode monopolise des agents dédiés et ne peut être efficace sur un grand espace. Ce principe est donc simplement de veiller à faire appliquer la loi.

Installer des obstacles ou revoir l’organisation des secteurs denses ?

Plus fiable et constituant un investissement sur du long terme : les éléments de mobilier urbain  sont une solution. Barrières, potelets et autres bordures hautes sont autant de moyen pour lutter contre le stationnement gênant. Le site www.netcollectivites.fr propose différents produits. Il est nécessaire de bien définir les zones d’interdiction de stationnement à l’avance. De façon plus passive, il est possible de développer les déplacements doux notamment dans les centres-villes. Si l’effet immédiat du mobilier urbain est la réduction des places de stationnement, l’impact chez les usagers sera tout autre : à long terme, le territoire sera perçu comme un espace piétonnier partagé, plus agréable et où les habitudes de déplacements pédestres prendront place.

Tout sur le stationnement en France

https://fr.wikipedia.org/wiki/Stationnement_en_France

Related Post

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *